Ce texte n'a rien d'extraordinaire, sinon l'histoire d'un rêve à répétition depuis ma jeunesse.

Plusieurs fois, j'ai visité en rêve cette demeure étrange, toujours avec les mêmes détails, une grande salle à manger avec salon, avec la particularité que dans un angle de mur opposé aux vitraux, il y avait un passage secret qui menait directement au premier étage et de là dans cette double cloison on pouvait entendre toutes les conversations venant du rez-de chaussée par les conduits de la cheminée et autres aérations de l'époque, le problème, c'est que j'entendais des voix alors que j'étais seul dans cette immense maison et moi si petit...

Combien? de fois ais-je fait le tour de la maison sans vraiment comprendre son agencement, ne pouvant établir de plan précis, le chemin parcouru entre les sous sols et le grenier étais un véritable labyrinthe en étage. Quelque fois par d'astucieuses estrades voir d'escalade de meubles pour accéder à certaines pièces. J'éatis persuadé l'habiter un jour! la maison de mes rêves ou même de l'avoir déjà habité, melangeant au réveil tous ces souvenirs...

Grande bâtisse de province dans les faubourgs lointains d'une petite ville à l'abri de toutes transformations modernes, un autre détail, depuis le fameux passage secret, je pouvais accéder à une petite cour avec un très petit jardin intérieur menant à une pièce ronde, puis encore un passage en chicane s'enfonçant dans le sol, passage souterrain vers l'extérieur, ce qui me faisait un peu trésaillir, mais à présent, je me demande pourquoi?

Donc ce passage, une porte ancienne fermée, qui grinçait sous ma poussée et ensuite deux pièces avec des petites fenêtres sur l'extérieur, paysage de collines vertes parsemées de sapins. J'avais très peur, je retournais en courant dans les méandres de ce passage mystérieux. Beaucoups de détails m'ont échappés pour situer vraiment cette maison qui restera "la maison de mes rêves".

Comme un désir, dans mes songes, réalité de demain assurée, mais toujours cette crainte, que se passe t'il donc entre la maison et moi!? Deux maisons de perdues dans la réalité, c'est la vie!..

Dans mon enfance, je me souviens à peine d'une grande forêt de sapins. Un manoir avec une énorme cheminée prenant tout un pan de mur, je jouais à l'intérieur. Beaucoup de pièces sombres et dans la pénombre près d'un candélabre ce vieux fauteuil semblant être habité d'un esprit. Et ce coffre en bois et ferrures au grenier, renfermant un grand linge blanc, comme une chemise de nuit d'autrefois, un habit de fantôme!? avec des ouvertures pour les yeux?

Et puis à l'extérieur, le parc immense avec un petit muret sur lequel j'étais monté, au loin s'étendaitt la plaine, c'était peut-être en Isère!.. et c'est tout, depuis je rêve de la dame blanche descendant les escaliers en colimaçon, j'allais vers elle et puis comme à chaque fois, ce vide profond où je ressentais cet appel d'amour trop tôt pour mon jeune âge. Alors à nouveau le vide incompréhensible, plus tard même l'amour se fit dans ce rêve merveilleux, mais ensuite au réveil quel déchirement, le vide, le manque de continuité du rêve à la la réalité de tous les jours...

A chaque fois, que je pense à cela, mon rêve n'est qu'une réalité d'un autre temps, d'un autre moi, quelle souffrance de vivre plusieurs vies en même temps, le temps n'existe plus dans ces cas là, le rêve devient réalité, alors quelque fois, j'aimerais mieux dormir, peut-être à tout jamais!?.. C'est à vous que je confie en toute simplicité, mon témoignage qui fait parti de mon livre de vie.

 

Oeuvres 27

Patrick Blick